Les Britanniques, champions de la participation en ligne

Par défaut

Un petit séisme dans le monde des récompenses pour l’innovation en ligne : pour la première fois un site officiel –  vient de recevoir le prestigieux « Design Musem design of the year 2013 award » : rien de moins que celui du gouvernement britannique !.

Sidérant, quand on imagine combien il peut être plus difficile de séduire  les admirateurs d’oeuvres architecturales ou de créations artistiques en présentant les travaux du gouvernement ou les allocations disponibles pour les personnes en situtation de handicap.

Un article du London calling (http://londrescalling.canalblog.com/archives/2013/05/24/27212961.html) précise : « les juges ont apprécié le « well thought out, yet understated design » (le design bien raisonné, mais minimal). Ce qui est sûr c’est que cela va rendre la vie plus facile à des millions de gens qui souhaitent se renseigner sur des corvées administratives, que ce soit comment obtenir un nouveau passeport ou permis de conduire… »

Le secret de leur succès ? L’élégance est dans la sobriété. Ben Terret, responsable design du site l’affirme : »Les gens viennent sur Gov.uk pour accomplir une tâche et ensuite continuer à vivre leur vie. Personne ne vient pour voir le graphisme. Nous croyons que la forme suit la fonction, et que cela apporte une certaine élégance visuelle » En d’autres termes, la qualité d’un site « utilitaire » est inversement proportionnelle au temps qu’on y passe. La sobriété et simplicité font l’élégance, elles sont élégantes. Une esthétique de l’efficacité sur laquelle pourraient s’interroger de  nombreux opérateurs.

De fait, quand on se précipite sur l’heureux élu, https://www.gov.uk/, on est d’abord frappé par un aspect classique, sobre, sans fioritures ni photos, puis tout simplement sidéré par une lisibilité évidente, une circulation naturelle, une information à la fois sobre et compacte, une volonté constante d’être clair et utile. Un site construit à partir des besoins des usagers, et concentrant les informations de 24 départements et 300 agences. et remplace pas moins de 2000 sites, précise l’article du London Calling.

Mais il a plus : le gouvernement, fidèle à son projet de Big society, superbement illustré et mis en musique par le Big society network, http://www.thebigsociety.co.uk/, utilise aussi intelligemment son site comme une plate-forme d’incitation des citoyens à la participation. De fait, la section participative, https://www.gov.uk/government/get-involved, est épatante : on y liste les réseaux sociaux de l’action publique, et surtout on donne des idées : créer une nouvelle école, participer aux services publics, donner son avis sur une implantation locale…

On savait les Britanniques brillants dans la participation en ligne (http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/09/20/innovation-faire-levier-de-lintelligence-collective/). En relayant, concentrant et « stylisant » ce mouvement, le gouvernement accélère prodigieusement l’accessibilité de ses services, et l’empowerment (pardon, « capacitation ») de ses citoyens. Les râleurs gaulois diront – non sans quelques raisons – que le gouvernement a bon dos de renvoyer aux citoyens les responsabilités dont il se décharge, il n’empêche : la perfide Albion vient encore de mettre une belle claque au mille-feuilles et aux mille-sites administratifs français. Gageons que le « choc de simplification » promis par le gouvernement nous permettra de rattraper notre retard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s